Candidature 2020

Phémina 2020

Envoyez votre dossier avant le 01/03/20

La 4ème édition du festival Phemina se déroulera pour la première fois dans la ville impériale de Fontainebleau, notre nouveau partenaire, en plein centre face au château et ses 500 000 visiteurs annuel… Du 10 au 18 octobre, nous serons accueillis dans la magnifique salle des fêtes du théâtre et la toute nouvelle médiathèque.

Pour cette nouvelle édition nous tenons plus que jamais à exposer des travaux de très bon niveau, afin de ravir le public et faire de ce festival une référence de qualité. Les trois premières éditions ont déjà réunis de très nombreux exposant(e)s avec quelques milliers de visiteurs à la clef.

L’objet de cette manifestation est de montrer la femme en tant que sujet photo, mais aussi en tant que photographe. Il peut donc y avoir des exposants femmes et hommes

Pour les femmes photographes tous les sujets photographiques sont possibles, pour les hommes, seuls les thèmes représentant des femmes sont admis. La présence des deux sexes au sein d’un même festival est un symbole important du lien et des valeurs de partage artistique que nous voulons aussi mettre en avant. C’est aussi ce qui distingue l’approche de Phemina par rapport à d’autres manifestations beaucoup plus cloisonnantes.

Le festival Phémina ne se positionne pas sur un registre « féministe » au sens politique du terme, mais il souhaite contribuer à une meilleure reconnaissance des femmes dans le monde de la photo. Il s’agit d’une manifestation artistique avant tout. Tous les registres de photos y sont admis, en dehors de la pornographie et de la violence.

Phemina accueil aujourd’hui des exposant(e)s de toute la France et s’ouvre à l’international !

Associez-vous au festival Phémina qui a vocation à devenir l’un des rendez-vous culturels majeurs aux portes du Grand Paris

Cliquez sur « télécharger » pour enregistrer le dossier exposant 2020, puis renvoyez nous un mail avec l’ensemble des éléments demandés.

Merci !

affiche provisoire

Cette exposition constitue un évènement artistique et culturel original qui révèle l’étendue et la diversité d’une production photographique particulière : celle des femmes photographes et des femmes photographiées.

Tout photographe entrant dans le champs de l’exposition peut postuler (amateur/pro – mineur/majeur). Le collectif veille à ce que la moitié au moins du total des exposants soit des femmes photographes. La sélection 2020, ainsi que les invités d’honneurs, sera arrêtée en début d’année.

Les grands sujets comme la mode, le reportage sociétale, le photo-journalisme, le portrait, le glamour ou le nu artistique étaient représentés dès la première édition 2017. Un festival ne saurait se limiter à une grande exposition, aussi riche soit-elle. Phémina propose donc aussi chaque année une série d’évènements et d’animations en parallèle des pôles d’exposition. Une façon de donner la parole aux photographes, mais aussi d’offrir différents axes de communication autour de la thématique féminine.

Le jury Phemina 2020

Le jury des dossiers exposants se compose pour moitié des membres du collectif Croisons nos regards, et pour moitié des personnalités suivantes :

Fabrice Heron : Historien de formation, il est recherchiste iconographe depuis 17 ans, spécialiste de la recherche d’images et de la gestion des droits pour les médias, l’édition, des expo et musées, des grands noms du luxe et des agences de communication et de publicité. Il anime le service de recherches iconographiques du collectif Docpix (www.docpix.fr), agence d’images fondée en 2009, regroupant des sources et des chercheurs d’images. Il est consultant pour la société de logiciels dédiés à la photographie DxO Labs et formateur au CNAM et à l’INA. 

Stéphanie Tritz : Issue d’une formation en histoire de l’art, en droit et management en France, en Angleterre et au Québec, elle travaille comme rédactrice photo depuis plus de 10 ans au sein de nombreuses rédactions de presse (Le Parisien magazine, Les Echos, Challenges, Images doc, A Nous Paris, Beaux-Arts magazine, Femme Actuelle, Version Femina, Marie-France,..) mais aussi pour les grands acteurs de la communication (Yahoo!, Publicis), ainsi qu’en free-lance dans l’édition scolaire (Hatier, Hachette et Magnard).  Présidente de jury pour le prix ANI-Pixalace à Visa pour l’image 2018, elle est régulièrement invitée en tant qu’experte photos lors de lectures de portfolios par de nombreux festivals (Manifesto, Rencontres d’Arles, Circulations, Salon de la photo, congrès de l’UPP, ..). L’œil toujours en éveil, elle aime découvrir et diffuser de nouveaux talents. Elle réalise également des diaporamas sonores dont le premier fut sélectionné et projeté au Diapéro ainsi qu’au festival « Récits photographiques ».

Michael Drihen dirige le Théâtre municipal de Fontainebleau depuis 2016 . Il a eu l’occasion de concevoir de nombreux projets au sein de la collectivité. Toujours attentif à la qualité artistique et à la rigueur administrative et logistique que nécessite le développement culturel, il a à cœur de proposer un service public accessible et performant. Michael Drihen exerce également depuis 2009 la fonction de directeur des affaires culturelles à la Ville de Fontainebleau. Il a accompagné avec succès les structures culturelles dans leur construction et participé à la mise en œuvre de leurs projets respectifs. Il a suivi un formation supérieure d’école de  commerce, de management culturel et de philosophie. Il a également suivi les cours Simon à Paris (Théâtre).

Sylvie Hugues est consultante en photographie et directrice artistique du Festival du Regard. Elle réalise des lectures de portfolios à la Maison européenne de la photographie, donne des workshops (Rencontres d’Arles, Venezia Photo…), intervient dans des conférences (Mep, Salon de la Photo…), écrit pour des revues (Le Monde de la Photo, Fisheye). En 1992, elle a participé à la création du magazine Réponses Photo dont elle fut la rédactrice en chef de 1996 à 2014. En parallèle de son activité de journaliste elle a publié deux livres de photographies : « Sur la plage » aux éditions Filigranes et « Fra-For » aux éditions Verlhac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *