Phémina 2020

Cloé Harent

Née à Castelnaudary en 1998, Cloé Harent est une jeune photographe diplômée de L’école de photographie ETPA à Toulouse. En 2019, elle obtient son diplôme avec la mention «Prix Spécial du Jury». Fascinée par la complexité de la société, Cloé questionne à travers la photographie documentaire la relation que l’Homme entretient avec son environnement. Sa démarche souligne des modes de vie différents. Par un jeu de distance elle cristallise subtilement des corps mouvants. Pour mieux comprendre le présent, elle convoque les traces sensibles du passé. Les notions de mémoire et de temps qui passe sont au cœur de sa recherche photographique.

Le temps d’une pause

Se construire dans une société avec la jouissance comme horizon, peut nous emmener à vivre dans un monde de plus en plus superficiel. La quête de sens, la construction de sa propre personne sont des questionnements auxquels notre état psychologique doute. Cependant, il existe encore des êtres qui ont décidés de ne pas emprunter les grands boulevards. Ils bifurquent le temps d’une pause indéterminée dans un chemin de traverse, pour atterrir dans une petite bulle, préservée du tumulte de la société. Ce documentaire sensible parle d’une ferme auto-suffisante où des personnes venues d’au-delà des frontières vont et viennent travailler la terre. Là bas, on danse, on chante, on mange, on travaille dur et on se repose dans l’herbe fraiche. Tout simplement. On redécouvre en quelque sorte l’authenticité. On prend le temps de vivre, caresser chaque cabri, tremper les mains dans l’eau du ruisseau, sentir la gelée du matin qui cisaille le bout des doigts. Vivre au quotidien dans un tel lieu, nous fait basculer dans un rythme oublié de ce siècle : Travailler collectivement pour la survie de chacun.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :