Phémina 2020

Roxane Stroobant

Roxane Stroobant est une artiste franco-belge primée dont les œuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions. Diplômée des Beaux-Arts en Belgique, elle associe photographie, peinture et collage dans son travail. A partir d’une image, elle crée des matières surprenantes et des textures vivantes qu’elle intègre dans sa composition. Elle traduit la vibration du paysage urbain et sublime la femme par son regard personnel. 
 
Roxane réalise sa première exposition au square Edouard VII en 2010, « L’Art de la Manière », où la femme est mise en lumière sous des angles de vues délibérément différents. La deuxième, « San Francisco, On My Road », prend forme à la suite d’un voyage initiatique dans cette ville qui fut l’un des hauts lieux de la « Beat Generation » et se déroule à la galerie IMMIX ainsi que sur les Champs-Élysées. Elle reçoit le prix Cap’Com pour son projet Fragments en 2014. Le Moulin Rouge la sollicite l’année suivante pour réaliser une création originale à l’occasion de ses vœux. L’artiste réalise ensuite une vingtaine d’expositions dans le cadre de son projet « 75 Jump Street » à Paris et en Île-de-France.
Depuis, ses œuvres ont investi les Arènes de Lutèce, la place de la République, la galerie 59 Rivoli, le siège de France Télévisions et le 6b en 2018. Cette année, ses œuvres ont été présentées à la Swissartexpo de Zürich.
 

 

« Je tends à vouloir dépasser un langage normé qui nous empêche de percevoir une certaine présence. Une image n’a de sens qu’à travers le contexte dans lequel elle se trouve ».

A partir d’une image ou d’une photographie, l’artiste traite les matières premières qu’elle décompose en plusieurs couches. Les techniques qu’elle utilise généralement sont le collage, la gravure et la peinture (acrylique). Elle y associe parfois le jet d’encre de façon aléatoire, le pastel gras ou encore les crayons aquarelles suivant les sujets traités qu’elle finalise ensuite par un traitement digital.

« Roxane sublime les états d’âme et les états d’être avec complexité et toujours avec justesse, nous explique Philippe Guillard de l’agence Flower. À mi-chemin entre figuration et abstraction, l’artiste tend à faire ressortir l’essence même du sujet. Et ce, par le prisme de jeux de matières, d’aplats de couleurs et de superpositions de scènes qui explosent sous nos yeux, quelle que soit la thématique abordée”.

Ses œuvres sont présentes au sein de collections publiques et privées, en France et à l’étranger.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :